Les Matériaux – 100% écologiques

Tous les matériaux sont choisis avec minutie, naturels et 100% biodégradables.

L’osier – variétés anciennes

Il existe environ 500 variétés différentes de saules, qui se déclinent en multiples nuances, dégagent des fragrances distinctes, présentent des qualités tactiles variées, et une plus ou moins grande flexibilité.

Les saules préfèrent un sol humide et contribuent efficacement à l’évaporation de l’eau, ils jouent un rôle d’intermédiaire indispensable entre l’eau et l’air. Pour cette raison peut-être, le saule pleureur a depuis l’antiquité incarné le passage entre la vie et la mort. Pour la fabrication de mes urnes, j’utilise en grande partie l’osier que j’ai cultivé moi-même, au pied des Pyrénées, sur un terrain qui est, de par sa situation entre deux ruisseaux, très propice à l’osiériculture. Je cultive plus de 25 variétés d’osier différentes sur un terrain entouré de haies, plantés d’arbres et plus particulièrement d’arbres fruitiers, qui en font la diversité – un habitat idéal pour les oiseaux et les batraciens. La vitalité de cet environnement est préservée et stimulée grâce à la pratique d’une culture biodynamique. L’entretien et la récolte des osiers se font essentiellement à la main.

Laine et feutre – brebis d’Ouessant et autres

La laine est connue pour ses qualités enveloppantes et thermiques. Les urnes tressées en osier sont pour certaines garnies de laine feutrée à la main. La laine naturelle, arborant différentes nuances comme le blanc, le gris ou encore le brun, confère aux urnes une dimension réconfortante et protectrice. La laine provient en partie de nos brebis mais aussi d’autres élevages, il s’agit de races menacées d’extinction, issues de régions montagneuses. Les différentes qualités et couleurs de cette laine naturelle permettent d’accroître la créativité artisanale tout comme les différentes variétés d’osier utilisées.

 

 

 

 

 

 

 

Ardoise – les Pyrénées

Certaines urnes sont dotées d’un couvercle en ardoise provenant de maisons ou granges de notre village, couverture emblématique des maisons montagnardes dans les Pyrénées ariégeoises, qui pendant des siècles, protégeaient les habitations des intempéries et du climat parfois rude de la montagne. Avec le temps cependant, ces ardoises se transforment en argile, ce qui me semble être très adapté concernant des urnes destinées à rejoindre la terre.

 

 

Les fils en fibre d’ortie – l’Himalaya

Certaines urnes sont pourvues de cordelettes en fibre d’ortie afin de faciliter la mise en terre. Ces fibres d’ortie sont produites au sein d’une association venant en aide aux femmes en situation de détresse dans l’Himalaya (notamment suite au récent tremblement de terre qui a frappé le Népal http://www.nmefen.org.np/nproduct/allo-thread/).

 

 

Le silex – la Normandie

Les fils en fibre d’ortie sont attachés à un galet en silex naturellement troué du fait de l’érosion marine.